piano dans la rue

Vous pouvez nous croiser, mon piano et moi, chaque samedi après-midi dans les rues du centre-ville de Toulouse, quand le temps le permet.

Le piano est de sortie chaque samedi après-midi, quand le temps le permet.

Laisser un commentaire

"Je connais des bateaux qui restent dans le port, de peur que les courants ne les entraînent trop fort,
     Je connais des bateaux qui oublient de partir, ils ont peur de la mer à force de vieillir...
     Je connais des bateaux qui restent à clapoter pour être vraiment sûr de ne pas chavirer !
     Je connais des bateaux qui s'en vont à plusieurs affronter le grand vent au-delà de la peur,
     Je connais des bateaux qui s'égratignent un peu sur les routes de la mer où les mène leur jeu,
     Je connais des bateaux qui n'ont jamais fini de partir encore chaque jour de leur vie,
     et qui ne craignent pas parfois de s'élancer, côte à côte en avant au risque de sombrer,
     Je connais des bateaux qui reviennent au port lacérés de partout mais plus braves et plus forts,
     Je connais des bateaux débordants de soleil quand ils ont partagé des années de merveilles...
     Tout prêts à déployer leurs ailes de géants parce qu'ils ont un coeur à taille d'océan"
     Jacques Brel aurait pu vous adresser ces quelques vers, tant aujourd'hui Toulouse fut encore une fête, entraînée par vos si belles mélodies...

V & m, 25 juin 2016, 25 juin 2016

Si vous êtes ému(e) aux larmes par une musique, c'est peut-être parce que vous appréciez profondément l'ami qui joue, mais beaucoup plus certainement parce que ce qui vous est offert, à cette occasion,par l'artiste derrière son piano, c'est son âme,c'est son souffle de vie, ce sont ses joies et ses détresses magnifiée par les sourires et la musique. Merci Laurent et vive pianodyssée. Venez juger par vous même, puisque devant le succès naissant de nouveaux lieux et rendez-vous s'imposent.

Véronique, 27 mai 2016, 28 mai 2016

Un seul mot : Bravo !

Objectiftoulouse, 15 mai 2016


     La scène de la rue est la plus dure mais surement une des plus belles des scènes.
     Votre sensibilité a fait vent (même si présent en ce samedi)du chaos citadin et nous a transportée quelques instants bien au delà d'une simple émotion.Un merveilleux partage, loin d'être oublié...Surtout lorsque ce visage ressemble trait pour trait à celui de son propre fils ! Au plaisir de vous écouter encore et encore au coin d'une rue.

Véronique et Michel Samedi 7 Mai, 08 mai 2016

Je suis à cet instant de retour de la rue Alsace où je viens de vous entendre jouer Chopin ... Vous êtes une lumière dans la grande obscurité de notre monde. Les aveugles ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Puisse la grande Lumière de la beauté éclairer votre route. Celui qui, par hasard, croise votre chemin ne peut plus vous oublier.

Alain Archidec, 02 avril 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

N'hésitez pas à laisser vos impressions en tant qu'auditeurs de passage.


En cochant la case ci-dessous, vous nous permettez de limiter les commentaires inscrits automatiquement
EnvoyerAnnuler
Veuillez tenir votre mobile en mode portrait afin de pouvoir consulter le site.